Photos Walter Vandenberghe

Photos Walter Vandenberghe

Album photos - Images



Bientôt de nouvelles lignes de production chez Depro Profiles 

COMINES : Depuis plusieurs semaines déjà, de gros travaux de terrassement par l’entreprise locale Nicolas Braem et Valcke Prefab Beton de Poperinge sont en cours à l’angle du Chemin des Casernes et de l’Avenue des Châteaux. Contrairement à ces que l’on puisse penser, il ne s’agit en aucune façon de la construction d’un immeuble à appartements, mais bien d’une extension de l’entreprise Depro Profiles qui s’est implantée à Comines depuis 1995. Rappelons que Depro Profiles est l’un des plus performant fabriquant européens de plinthes, profils, moulures etc, qui inverti considérablement dans l’innovation. Grâce à ce nouvel investissement, très certainement que de nouveaux emplois seront créés au 10  Chemin des Casernes.


De Monique à Maeva et Ambre, double quatre générations en lignée féminine 

COMINES : Lors des noces de diamant des époux Jules Bondue-Monique Denys, les jubilaires on tenu à nous présenter leur descendance. Monique Denys 80 ans, originaire de Messines est domiciliée à Bas-Warneton. Sa  fille Annique Bondue 59 ans, réside à Ploegsteert. Quant à Isabelle Vandensteen 40 ans, son arrière-petite-fille, avec son mari et leurs deux enfants Maeva (12 ans) et Ambre (9 ans), c’est à Renaix du côté du Mont-de-l’Enclus qu’ils ont élu domicile. 


Des noces de diamant bien méritées pour Jules et Monique

COMINES : Le samedi 22 juillet, Jules Bondue et Monique Denys accompagnés par la famille ont étés accueillis à l’hôtel de ville afin de fêter tous ensemble, leur noces de diamant. Pourquoi diamant ? Tout simplement, parce que c’est la pierre précieuse la plus dure au monde qui symbolise l’amour de deux personnes toujours unies après 60 ans de mariage.

 

Jules est né à Wijtschate le 11 septembre 1937. Après avoir quitté l’école primaire de Messines, il a poursuivi ses études à l’Institut Technique d’Ypres durant quelques années. Ensuite, il a débuté sa carrière professionnelle chez Massey Ferguson à Marquette-lez-Lille où l’on assemblait des tracteurs et autres machines agricoles. Mais après la restructuration de l’entreprise, Jules a été contraint de poursuivre sa carrière professionnelle chez Flandria Aluminium à Warneton France où il travaillait dans  l’équipe de nuit. Quant à Monique qui a poussé ses premiers cris le 17 mai 1937  Messines, c’est dès ses 14 ans qu’elle à commencée à travailler en tant que servante à Houthem pour le Docteur Leterme. Un peu plus âgée, elle a opté pour le secteur du textile, et terminer sa carrière à l’Athénée Royal de Comines, dont elle avait la charge de préparer les repas pour les élèves.

 

Il y a un peu plus de 60 ans, Jules et Monique ont commencé à fréquenter les pistes de dance chaque dimanche. Soit à Messines, Wijtschate ou Neuve-Eglise. Selon les jubilaires, se serait lors bal à Wijtschate qu’a eu lieu que le symptôme du coup de foudre qui projette les amoureux sur une autre planète. On ignore bien évidement ce qui s’est passé par la suite, mais toujours est-il, que le 20 juillet 1957, à 9h.00 du matin, nos deux tourtereaux ont monté les marches de la plus petite ville de Belgique pour aller répondre par l’affirmative à la fameuse question posée par le bourgmestre de l’époque Valère Geerardyn. De cette heureuse union est née Annique, leur fille unique qui en 1976, épousa Roland Vandensteen, qui leur donneront une petite fille prénommée Isabelle, se qui égaiera la famille.

 

Domiciliés Clos des Peupliers à Bas-Warneton, les jubilaires y coulent des jours heureux, participent à des voyages organisés par la Commission Consultative des Aînés. Ils font partie de différents clubs de cartes, et apprécient de se retrouver entre amis au restaurant. Depuis plus de 40 ans, chaque année du 1er au 30 août, se rendent en vacance  à La Panne. Dans leur appartement ils reçoivent la famille et connaissances. Mais après les balades le long de la digue, Jules revient parfois à la maison afin de s’occuper pendant quelques heures dans sont potager pour vérifier s’il n’y a pas trop de mauvaises herbes dans ses rangs de salades, de carottes, et surtout de donner à boire à ces 1.300 poireaux quand il fait trop chaud. Depuis plus de 20 ans qu’ils sont en retraite, ils ne voient pas le temps passer. A ce demander comment ils faisaient du temps où ils travaillaient encore…  









On avait rarement vu autant de monde autour de la Place Sainte-Anne un soir du 21 juillet 

COMINES : Il était 21h.30 le vendredi soir 21 juillet, quand après avoir parcouru les rues du centre ville, le Royal FASAM Orchestra dirigé par Didier Vandeskelde, ont étés  maître de son sujet. Les musiciens et musiciennes ont une nouvelle fois, joué, déambulé et dansé durant  un magnifique spectacle sous les applaudissements des spectateurs enchantés. Ensuite, les virtuoses du FASAM Orchestra ont accompagné le public venu en nombre jusqu’à l’esplanade où était organisé un tout autre spectacle également haut en sons et couleurs.