Photos Walter Vandenberghe

Photos Walter Vandenberghe

Album photos - Images



Mais pourquoi autant de dévotion à Saint Albert de Trapani ?

YPRES : La construction de la première cathédrale Saint-Martin débuta en 1254 et fut achevée deux siècles plus tard. Fortement endommagée durant la Première guerre mondiale, elle fut reconstruite pratiquement à l’identique de 1922 à 1930. A l’intérieur on peut admirer de pures merveilles  (photo).

 

Egalement au centre de la ville, se trouve l’église des Pères Carmes et juste à côté, le couvent où l’on pouvait acheter des médailles, prières etc. situé dans la Paterstraat. Hélas,  le couvent ayant été vendu, les Pères ne sont plus à cette adresse. Autrefois, beaucoup de personnes de la région cominoise et du Nord de la France se rendaient à Ypres chez les Pères Carmes. Pas uniquement pour aller prier Saint-Albert de Trapani, mais afin de rencontrer le Père principal concernant la guérison des maladies, l’ensorcellement, l’exorcisme et autres attaques du démon.

 

A ce sujet, une salle d’attente était prévue (voir carte postale). C’était comme chez le docteur, sauf que quand c’était fini, on donnait  ce que l’on voulait et on recevait un scapulaire. A noter qu’à une certaine époque, les Pères Carmes, se rendaient à domicile avec leur Volkswagen Coccinelle. Parfois même jusque dans les fermes isolées du Pas-de-Calais pour des désenvoutements etc. A l’heure actuelle, il paraitrait qu’il est possible de contacter le Père Carmes Daniel Taillieu Plus dans la Paterstraat bien entendu, mais pour une rencontre en la cathédrale Saint-Martin.

 

Mais qui était ce Saint-Albert de Trapani tant vénéré à Ypres ? Né en 1240 à Trapani en Sicile et mort en 1307 à Messine, il était un religieux italien qui fut canonisé au XV siècle réputé pour avoir réalisé de nombreux miracles. Selon les saintes écritures, lors de la grossesse de Jeanne sa maman, elle aperçut ainsi que son mari, un flambeau allumé qui semblait sortir de son sein. Cette merveille lui fit juger que l’enfant qu’elle avait conçu serait un jour une lumière éclatante dont toute l’Eglise serait éclairée.  

 



Le père du jansénisme et le Lion de Flandre reposent en la cathédrale d’Ypres 

YPRES : Tout au fond de la cathédrale Saint-Martin de la ville des chats, sont exposés deux magnifiques tombeaux. Celui de droite contient les restes de Cornelius Jansenus (1617-1694) évêque et prédicateur d’Ypres de 1635 à 1638, qui donna son nom au jansénisme, un mouvement théologique politico-religieux, qui en 1640, publia son texte fondateur « Augustinus ». Mais en 1642, le livre fut condamné par le pape Urbain VIII. La raison en étant, que comme le protestantisme, l’on nie la nécessité de la grâce et de la rédemption divine. Quant au tombeau de gauche, il est sensé contenir les restes du Comte Robert de Béthune (1247-1322), mieux connu par les paroissiens comme étant le Lion des Flandres.   


La septante-neuvième édition du Gent-Wevelgem 




Toujours autant de monde pour le spectacle des sections maternelles et primaires de l’Institut Saint-Henri

COMINES : Le samedi 25 mars, c’était la fête pour les enfants des classes maternelles et primaires de l’Institut Saint-Henri Comines. Comme chaque année, la salle des fêtes était comble lors de chaque représentation. En effet, à partir de 11h.00, se sont les enfants des sections maternelles de Saint-Henri Godshuis qui sont montés sur scène pour le premier  spectacle (photos) Après le repas brochette-saucisse-poulet-frites, et quelques activités récréatives, de 16h.30 à 18h.30, se sont cette fois les élèves des sections primaires de la rue du Commerce qui sont montés sur scène pour un autre spectacle haut en son et couleur.