Photos Walter Vandenberghe

Photos Walter Vandenberghe

* Les images d'actualité



Des idées pour ne plus jeter les mégots sur les trottoirs ou les avaloirs

COMINES : Dans certaines villes belges, l’administration communale a décidé d’installer des cendriers muraux avec le logo « Wallonie plus propre » devant les cafés, fritures et restaurants concernant l’action « Zéro déchets », afin de ne plus retrouver des mégots sur les trottoirs ou dans les avaloirs. Dans d’autres villes on propose des cendriers portatifs à distribuer aux fumeurs sur demande. A Comines, certains  gérants de cafés posent des seaux ou autre récipients avec du sable sur le trottoir afin de récolter les mégots de leurs clients. Selon nos informations récoltés sur place, on raconte qu’à Wervik, pour installer des « récupérateurs de mégots » sur les trottoirs de la ville, est strictement interdit sans l’autorisation des autorités communales.

 

 

Sur un autre blog, mes deux  photos sont publiées, mais avec le texte suivant: « Un joli seau, mais plein de mégots à côté » n’a aucun rapport avec la photo des mégots qui a été prise à 15 km de Comines (...)  Walter Vandenberghe.

 



Morad Arffak à nouveau l’homme des matchs de barrages !

Résumé du match et autres photos dans la rubrique SPORT


L’on a fêté les soixante-cinq ans de mariage de Gilbert et Jeannine

COMINES : Dimanche 19 mai, domiciliés Avenue des Tilleuls à Comines, les époux Gilbert Gobert – Jeannine Flou, la famille et leurs nombreux amis, se sont rendus à l’hôtel de ville afin de fêter tous ensemble, leur 65ème anniversaire de mariage qui s’est déroulé le 15 mai 1954 devant l’échevin de la commune Henri Devos. Gilbert est né à Wervik le 5 août 1931. Après avoir délaissé les bancs de l’école, il a travaillé quelques années comme ouvrier d’usine,  ensuite il opte pour la profession de chauffeur routier pour sillonner les routes européennes, et ce pendant quinze ans. Après, il travaille en qualité de conducteur de toupie à béton durant seize années pour la firme Decovlam de Wervik. Quant à Jeannine qui a vu le jour à Comines le 8 août 1936, elle à choisie pour le plus beau métier du monde : mère au foyer en élevant ses filles et veillant au bien être de son Gilbert.

 

Gilbert et Jeanne se sont connus en 1951 au dancing « Au Casino » à Comines lors de la kermesse  Sainte-Anne, et c’est sur la piste de danse qu’ils se sont embrassés pour la première fois. Mais pour les deux tourtereaux, peu après Gilbert a été appelé en Allemagne pour aller faire son service militaire. Plus précisément durant 21 mois au détachement du Génie à Delbrück ou il apprendra à conduire les camions de l’armée belge. Mais sans oublier d’écrire presque chaque jour des phrases enflammées à sa dulcinée.  De ce couple extrêmement sympathique, sont nées 5 filles : Linda, Marleen, Martine, Marina et Nadine. La descendance compte actuellement 11 petits-enfants et 14 arrière-petits-enfants.

 











De l’Or pour Alain et Gilda

COMINES : Domiciliés Rond Point Albert 1er à Comines, le samedi 18 mai, l’administration communale a invité les époux Alain Bonte- Gilda Sery à se rendre à l’hôtel de ville afin de célébrer leur cinquantième anniversaire de mariage qui s’est déroulé à Leers-Nord le 10 mai 1969,  devant le bourgmestre Adrien Courier.

 

Alain est né à Roubaix le 24 décembre 1949. Après avoir quitté l’école, il a voulu devenir gendarme. Très bon étudiant, il a réussi tous les examens, et petit à petit, il a grimpé les échelons pour devenir adjudant-chef, et terminer sa carrière en tant que commissaire de police. Quant à Gilda, qui a vu le jour le 12 octobre 1942 à Saint-Leu de  l’Ile de la Réunion, elle est venue en Belgique à Mouscron en 1963. Ils se sont rencontrés pour la première fois lors de l’anniversaire de la sœur d’Alain. Leur premier rendez-vous s’est déroulé dans une salle de bal ou Alain, doué en tout, mais pas en musique ni en danse, croyant que c’était un slow, mais comme c’était une valse, cela s’est terminé par une chute spectaculaire...

 

Gilda a toujours été une fée du logis et une cuisinière hors pair, elle a élevé deux enfants : Laetitia et Michaël. Elle a également gardé ses petites-filles Sarah et Chloé. Dernièrement, Gilda est entrée en clinique, et c’est donc Alain, qui a dû se métamorphoser en fée du logis et en roi des fourneaux qui n’ont plus de secrets pour lui. Passionné et grand connaisseur en vin, il a donné le virus à son beaux fils Luc. Malheureusement, un grand vide est laissé depuis la perte de son papa et depuis lors, il passe chaque vendredi chez sa maman. Il s’occupe des courses, et l’aide dans les papiers et la préparation de ses médicaments.